Charlottises

Brico déco DIY

Peau neuve pour la terrasse !

Le retapage de la terrasse a sans doute été mon plus gros chantier de l’été. Mes parents, ma soeur et moi avions tout re-lasuré il y a maintenant 3 ans. Malheureusement, le temps passe sacrément vite quand on entretient une maison et il est vite temps de recommencer. L’enjeu principal était de protéger au mieux le bois de la terrasse en prévision de l’hiver qui arrive. L’hiver dernier a été plutôt rude et la lasure s’était beaucoup écaillée. Nous avions pourtant choisi une lasure « climats extrêmes ». A croire que le climat alsacien est trop extrême pour ce type de produit ^^ (mais non, l’Alsace ce n’est pas la Sibérie hein ;))

Le problème de notre terrasse concerne principalement son exposition. Elle est orientée Sud-Ouest, ce qui permet d’en profiter un maximum durant la journée, ce qui est super. Cependant, elle subit autant les rayons du soleil que la pluie, la neige, le gel… sans parler des variations de températures importantes : parfois jusqu’à 40°C en été mais aussi du -12°C atteint certains hivers.
Afin que le produit adhère mieux aux planches de la terrasse, j’ai insisté sur le fait qu’il fallait poncer entièrement le bois afin d’ôter toutes les irrégularités des couches précédentes. Auparavant, nous nous étions contentés de brosser les lattes à la brosse métallique. Cela avait suffit jusqu’à présent mais l’usure constatée cette année nécessitait un traitement plus approfondi. Naturellement, le choix de l’ouvrier chargé du ponçage s’est rapidement tourné vers moi… la personne qui possède une ponceuse ne peut que rarement se défiler dans ce genre de situation ^^

L’ennui est que j’avais à peine poncé quelques m² que ma ponceuse a cessé de fonctionner. Rien de plus énervant étant donné qu’il s’agissait de la deuxième ponceuse achetée dans le même magasin en moins de 6 mois (Bricom*n pour ne pas citer). J’ai particulièrement aimé la réflexion du vendeur : »Ah ça ne m’étonne pas, on a beaucoup de retours sur ce produit pour le même genre de problèmes. » … hum… Punaise mais que ça arrive sur deux modèles de ponceuses bien différents et de marques distinctes, faut pas pousser mémé dans les orties non plus. Ca n’existe plus le matériel de bonne qualité ? Dans le temps, on fabriquait des trucs increvables. Rien qu’à voir le micro-ondes de mes parents qui est plus vieux que moi… Enfin bref, au final la ponceuse de qualité c’est en Allemagne qu’on l’a achetée : une ponceuse rotative (ou excentrique) de 125mm à 49€ et, tenez-vous bien, garantie 5 ans ! Baaaah voilàààà ! (le matériel acheté en France c’est un peu comme les Français, ça fait souvent grève :-P)
La nouvelle ponceuse allemande a parfaitement tenu la route pour poncer les 15m² restants. Je dis 15 parce que ma sœur et son copain -ayant eu pitié de me voir travailler seule par cette chaleur écrasante :-P- ont gentillement œuvré pour que le chantier avance plus vite. Malheureusement, les contraintes techniques ont vite eu raison de leur bonne volonté : les ponceuses vibrantes qu’ils ont utilisées n’étaient pas assez puissantes, à tel point que j’avançais plus vite qu’eux deux réunis 🙁 c’était gentil quand même 🙂
L’étape suivant le ponçage a été le peinturlurage : pas de lasure cette fois-ci mais une peinture ultra résistante censée résister aux aléas du climat. Ma sœur et moi avons été plus que surprises de voir le haut pouvoir couvrant de cette peinture : pour une fois qu’une seule couche suffit ! Seul bémol, la couleur n’est pas exactement la même que celle de la lasure. Tant pis, on repeindra les murs de la terrasse l’année prochaine pour uniformiser.

Au final, la restauration complète de la terrasse a exigé environ 2 jours de travail (dont une bonne dizaine d’heure rien que pour le ponçage). A présent, j’attends de voir de quelle manière cette peinture résistera à cet hiver. Suite au prochain épisode 🙂

terrasse avant ponçage ça fait une sacrée surface à poncer... il a fallu plusieurs heures pour poncer ça et c'était loin d'être fini heureusement, le soleil était au rendez-vous :) la lasure s'écaillait beaucoup, le bois n'a donc pas été très difficile à poncer le matériel : ponceuse rotative, masque pour protéger mes voies respiratoires, casque anti-bruit, gants en cuir le bois doit redevenir brut avant de pouvoir lui appliquer un nouveau traitement j'aime bien la couleur du bois au naturel aussi et c'est là que l'ancienne ponceuse a rendu l'âme :/ ouf, ponçage fini ! il en a fallu de l'huile de coude pour poncer 20m² avec une ponceuse de 125mm de diamètre on a ensuite dépoussiéré la terrasse au jet d'eau puis laissé sécher et c'est parti pour la peinture ! ahh ce n'est pas tout à fait la même couleur : c'est plus un vert basque qu'un vert sapin mais tant pis... première fois que je vois une peinture couvrir aussi bien en une seule couche ! la différence de couleur entre les deux teintes de vert n'est pas si flagrante finalement c'est agréable de voir une peinture bien uniforme qui se s'écaille pas c'est fini ! la peinture a un peu foncé en séchant, la différence entre les deux verts se voient beaucoup moins il ne reste plus qu'à attendre l'hiver pour tester la résistance de la peinture !

***

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le commenter et le partager !

***

Suivez les actualités des Charlottises et retrouvez mes inspirations :

« Article précédent

Laisser un commentaire

(ne sera pas publié)